STRASBOURG : Musulmans et chrétiens, favorisons le respect de nos différences

Publié le par webmestre

STRASBOURG : Musulmans et chrétiens, favorisons le respect de nos différences

Les Semaines de Rencontres Islamo-Chrétiennes (SERIC) viennent de se dérouler à Strasbourg comme dans le reste de la France avec, le 7 novembre, une mise en scène de la rencontre historique de saint François d’Assise avec le sultan, le 16 novembre, une journée de réflexion pour les couples islamo-chrétiens, le 17 novembre, un partage avec des jeunes autour de la messe et de l’Achoura, le 19 novembre enfin, une soirée interreligieuse sur la solidarité. À chaque fois, il s’est agi de favoriser la compréhension mutuelle et le vivre ensemble.

Cependant, tout le monde ne se préoccupe pas de dialogue entre chrétiens et musulmans dans les mêmes intentions. Pour certains, il s’agit quelquefois de capter la confiance à des fins prosélytes, sans respect pour les personnes et leurs croyances. Il y a confusion entre l’annonce de la Bonne nouvelle – la mission - et la conversion que Dieu - et lui seul - opère dans les cœurs. Cela peut concerner des chrétiens et des musulmans.

C’est notamment le cas actuellement à Strasbourg où la FORA, organisme de liaison entre les Renouveau charismatique catholique et évangélique organise une journée d’information intitulée  « Comment parler de Jésus aux musulmans », le 23 novembre. Sont annoncés : les témoignages de deux convertis et des exposés destinés à donner une formation expresse sur l’islam, avec une attention particulière aux « points de la spiritualité chrétienne pour lesquels les musulmans sont les plus sensibles ».

Nous pensons qu’une approche explicitement prosélyte ne correspond pas au dialogue et au respect mutuel que nous vivons dans les Groupes d’Amitié Islamo-Chrétienne tout au long de l’année et nous souhaitons travailler à faire croître cette « culture du respect réciproque » à laquelle nous ont appelés le pape François et le grand imam Al-Tayyeb dans leur Déclaration commune sur la Fraternité humaine (Abou Dabi, 4 février 2019).

 

Le 21 novembre 2019

Haydar Demiryurek et Hélène Millet, coprésidents du GAIC France

Etienne Uberall et Lilia Bensedrine-Thabet, coprésidents du GAIC-67

> Voir aussi :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article