Journée fraternité du 4 février : une très belle soirée

Publié le par Hélène Millet

 

Pour la journée mondiale de la fraternité voulue par l'ONU, le GAIC a d'abord répondu à l'invitation du Secours catholique Caritas France en témoignant de son expérience vécue dans l'association par l'intermédiaire de ses deux co-présidents. Puis, le soir, dans un lieu de fraternité par excellence, le Forum 104 de Paris, nous avons vécu une belle rencontre, à la fois sur place et par Zoom, dans la continuité de l'appel que le GAIC avait lancé à l'automne 2020, après l'assassinat de Samuel Paty et l'attentat de Nice. 

Appel publié le 21 novembre 2020

Plus d'une année a passé, la conjoncture a changé, une loi a été adoptée, mais le climat de suspicion et d'hostilité envers les musulmans perdure, décliné sous une forme particulièrement malsaine du fait de la campagne pour l'élection présidentielle.

C'est pourquoi nous avons adapté notre appel à ce nouveau contexte. En voici le texte. 

4 février 2022

Appel du Groupe d’Amitié Islamo-Chrétienne

Face aux paroles de haine, témoignons de notre fraternité en actes !

Dans le climat délétère où se poursuit la campagne électorale pour les élections présidentielles, les citoyens de confession musulmane sont blessés et horrifiés par les propos de haine et les appels à l’exclusion que colportent certains media sous couvert d’information.

Ces propos ont un impact dans la population et sur la posture des candidats. Les musulmans deviennent un objet de clivage pour toute la nation : ce séparatisme-là doit être dénoncé avec vigueur. L’effervescence actuelle nous impose de donner à nouveau l’alerte, comme après les attentats de la fin 2020 et de relancer notre appel à la fraternité.

Face aux extrémismes et au terrorisme, la France a besoin de tous ses citoyens et elle peut s’appuyer sur ses enfants musulmans, à quelques exceptions près. Notre expérience du terrain nous permet de l’affirmer. 

Les musulmans saluent les bienfaits de la laïcité en France, pays démocratique qui « assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion [et qui] respecte toutes les croyances » (article 1 de la Constitution de 1958).  

Ils acceptent d’échanger et de débattre dès lors que le respect des différences et de la dignité de chacun est posé comme règle.  

Tous ensemble, nous pouvons donc continuer à construire et à embellir notre pays. Nous pouvons nous atteler à rétablir la confiance en multipliant les rencontres et les échanges et, ainsi, faire advenir la fraternité.  

Vous qui êtes les témoins d’une situation ou d’un événement où, ensemble, chrétiens, musulmans, athées, agnostiques ou croyants des autres religions se sont associés dans un même élan fraternel, faites-le savoir !

Diffusez sur les réseaux sociaux vos témoignages de fraternité vécue en utilisant le hashtag   #TémoinDeFraternité  et transmettez-les à temoindefraternite@gaic-seric.info 

Ensemble, appelons nos concitoyens à s’engager sur la voie de la fraternité. C’est l’unique chemin qui mène à la paix.

La soirée s'est déroulée en deux temps

 

La salle et le grand écran au Forum 104La salle et le grand écran au Forum 104La salle et le grand écran au Forum 104

La salle et le grand écran au Forum 104

Nous avons voulu tout d'abord intervenir dans les polémiques anti-musulmanes qui "agitent le champ médiatique et simplifient l'histoire de France au profit d'une opposition radicale entre eux et nous. C'est oublier un peu vite que l'affrontement entre les univers chrétiens et musulmans, que l'on présente comme inévitable, a toujours été contredit par la permanence des échanges humains, intellectuels et commerciaux". (Tribune "La mise au pilori des populations musulmanes ne résoudra pas nos problèmes", Le Monde daté du 2 février, p. 33).

Dans ce but, à l'initiative de Laurent Baudoin, un balayage de l'histoire a mis en relief plusieurs acteurs méconnus de ces échanges.

De nos jours, la situation est identique: pas de battage autour de la fraternité! C'est pourquoi nous avons voulu diriger les projecteurs sur quelques belles actions dont nous sommes les témoins dans la deuxième partie de la soirée. 

I. Quelques acteurs historiques de la fraternité

 

Dans la collecte biographique entreprise en 2020 par Laurent Baudoin et ses amis, nous avons fait le choix de ne pas retenir les périodes et les grandes figures qui sont toujours mises en avant : l'Espagne d'Al-Andalus (VIIIème-X), saint François d'Assise et le sultan Malik al-Kamil (1219), l'émir Abdelkader (1808-1883), Charles de Foucault (1858-1916), Louis Massignon (1883-1962), Christian de Chergé (1937-1996), Pierre Claverie (1938-1996)....

Car il y en a beaucoup d'autres! Les mettre en valeur et maintenir leur souvenir vivant conduit à remettre en question l'idée d'un fossé et d'une hostilité permanente entre chrétiens et musulmans. Nous avons choisi pour cette soirée de faire revivre la Sicile arabo-normande et 8 personnalités : pour chacune d'elles, un texte de présentation peut être téléchargé. 

1 - La Sicile arabo-normande (1061-1300)

2 - Permanence de la culture arabe en Italie du Sud jusqu'au XVe siècle

3 - Le cardinal Nicolas de Cues (1401-1464), auteur du "Coran tamisé"

4 - Edward Brown, un négociant en voyage en Orient au XVIIe siècle

5 - Ismaël Urbain (1812-1884), conseiller de Napoléon III sur l'Algérie

6 - Tierno Bokar (1875-1940), créateur d'une zaouia au Mali

Les trois derniers portraits ont été présentés par Mustapha Chérif, en direct d'Alger. Ce sont trois hommes qu'il a connus et qui l'ont beaucoup marqué durant son séjour à Paris. 

7 - Muhammad Hamiduallah (1908-2002), pakistanais, maître de conférences au CNRS

8 - Martin Lings (1909-2005), conservateur des manuscrits orientaux du British Museum puis de la British Library

9 - Najm Oud-din Bammate (1922-1985), islamologue franco-afghan, professeur à l'Université Paris VII

II. Quelques exemples de fraternité de nos jours

 
Venir en aide aux migrants

 

Pour commencer, trois femmes, membres du GAIC et engagées auprès des migrants "sans papiers", ont apporté leur témoignage. Chaque récit est d'abord un cri de détresse devant le déni de fraternité que constituent les trajectoires de ces gens, surtout des hommes mais aussi des femmes et de jeunes garçons. Partis pour fuir la famine, la guerre ou un génocide, ils voient leur espoir d'être accueillis dans un pays en paix et prospère tourner au cauchemar. Sur leur long chemin, au milieu des épreuves, quelques rayons de soleil fraternels apportent du réconfort. 

Ces trois témoignages sont téléchargeables : 

A Oujda, au Maroc, Micheline a vécu une magnifique expérience d'entraide associant des catholiques, des protestants et des musulmans pour accueillir une cinquantaine de migrants, à proximité du palais royal, au vu et au su de la police locale.

Engagée dans l'association ATD Quart monde, Hélène a connu la misère des Haïtiens avant de séjourner en Egypte. Ce qui l'a frappée : la fraternité est ni chrétienne ni musulmane, elle est universelle. Revenue à Paris, elle agit en partenariat avec Utopia 56 pour trouver un abri, chaque jour, à ceux qui n'en ont pas.    

A Paris, Micheline, juriste, s'est spécialisée dans l'aide à l'obtention de papiers. C'est de plus en plus complexe, de plus en plus hasardeux...

Marcher à Bordeaux

 

De Bordeaux, Anne Saffore nous a ensuite raconté une belle aventure citoyenne toute récente : la création et la réalisation d'une marche inter-convictionnelle "main dans la main" le 22 janvier, à l'appel d'un simple tract que chaque ami a diffusé dans ses réseaux. A l'origine de cette initiative, la venue dans la ville du mouvement catholique Ismérie, avec sa volonté de conversion des musulmans. Avant que ne soit semée la zizanie, il fallait réagir et permettre à tous, croyants de toute religion, athées et agnostiques, de proclamer leur volonté de vivre ensemble et en paix. 

Journée fraternité  du 4 février : une très belle soirée

Le rassemblement a eu lieu au marché des Capucins à 14h30. Le cortège s'est ensuite dirigée vers la Mairie, en faisant 4 haltes : à la mosquée des Menuts, à la synagogue de Bordeaux, au temple du Hâ, et à la cathédrale Pey Berland. A chaque halte, une lumière a été offerte par un jeune de chaque communauté. Enfin, à 17h, Pierre Hurmic, maire de Bordeaux, s'est avancé dans les jardins de l'Hôtel de ville et cinquante jeunes se sont relayés pour lui remettre une dernière lumière, en signe de l'attachement de tous à la fraternité républicaine. 

La marche sera reconduite d'année en année, avec l'accord de la Mairie et de la Préfecture, à la demande des organisateurs. Que la paix soit à Bordeaux en 2022!

 

A Strasbourg, écouter de la musique et célébrer

 

Quittant Bordeaux pour le Grand Est, nous avons entendu Lilia Bensedrine, coprésidente du GAIC 67, nous donner deux informations. D'abord sur les "Sacrées Journées de Strasbourg", dont elle est directrice, puis sur un singulier lieu de culte qui est situé dans le quartier de Koenigshoffen.

Le Festival de musique sacrée "Sacrées Journées de Strasbourg - Osons la fraternité!" se déroule chaque année durant une semaine au printemps; il fêtera son dixième anniversaire cette année. Des artistes des diverses religions du monde sont invités à se produire dans un lieu de culte, qui n'est pas forcément le leur. On peut ainsi entendre une chorale juive dans une mosquée ou des chants musulmans dans une synagogue, etc. L'objectif est tout autant culturel que fraternel. Jugez-en plutôt à partir de la vidéo réalisée lors de la 8ème édition du Festival :

Festival "Sacrées Journées de Strasbourg" - 8ème édition

A Strasbourg, l'église Saint-Jean-Bosco de Koenigshoffen n'étonne plus personne, mais pour les auditeurs, ce fut une grosse surprise:  elle a été partagée en deux en 1987 afin d'héberger une mosquée dans son autre moitié. Un système de cloisons amovibles rend les deux parties indépendantes l'une de l'autre. Voici qui mérite d'être davantage connu!

Cette proximité de leurs lieux de cultes a favorisé les échanges entre les fidèles des deux religions, ainsi que le montre le reportage ci-dessous:

Une église, deux religions

Enfin, pour nourrir la réflexion au-delà de la soirée,
voici quatre livres récents sur la fraternité

1. Véronique Albanel, La fraternité bafouée: sortir de la peur du "grand remplacement", Le Editions de l'Atelier, 2018.

2. Véronique Francou, Les quatre piliers de la fraternité, Saint-Léger, 2021.

3. Jean-Michel Le Boulanger, Mohamed Loueslati, Jean-Paul Vesco, Une fraternité, des fraternités, Bayard, 2021.

4. Fraterniser - Chrétiens et musulmans à l'oeuvre, recueil de contributions sous la direction de Khaled Roumo

Hubert de Chergé, l'un des auteurs, a présenté ce dernier livre, auquel plusieurs membres du GAIC ont contribué, parmi lesquels notre co-président, Haydar Demiryurek. Pour en savoir plus, se reporter à l'article annonçant la parution du livre sur notre blog :

Article de notre blog sur le livre "Fraterniser" 

Avant de se séparer, les présents, en chair et en os et en visio, se sont unis les uns pour la psalmodie de la Fatiha, les autres pour la récitation du Notre Père. Heureux d'avoir communié dans la fraternité.   

Retour sur l'événement du matin le 4 février 2022 organisé par le Secours Catholique.

Le Secours catholique a invité nos 2 coprésidents (Hélène et Haydar), qui ont annoncé l'événement en soirée organisé par le GAIC.

> Voir ci-après le lien pour le visionnage :